Archives pour la catégorie Romans

En route pour le NCCS…

Bonjour à tous,

Comme vous le savez, l’équipe de Culturellement Geek s’était rendu en Octobre dernier au salon NCCS pour vous faire partager ce moment fort sympathique!

Nous remettons cela ce weekend, du 18 au 19 Avril 2015, pour la seconde édition du salon!

Pour vous donner envie de venir nous rejoindre, voici le reportage que nous avions fait à l’occasion de la première édition:

Lire la suite En route pour le NCCS…

Podcast S02EP07: La champagne une région de bulles … de BD

Vous pouvez télécharger le podcast à l’adresse suivante:
http://rcf.fr/culture/la-champagne-un-pays-de-bulles-de-bd

Lire la suite Podcast S02EP07: La champagne une région de bulles … de BD

Le clan du Grey Watch, Stéphane Béguinot

stephane-beguinot-photo-facebookIl y a quelques semaines, lors d’un tournoi des Highlands qui eut lieu en région parisienne, j’eus l’occasion de rencontrer un écrivain, Stéphane Béguinot qui me présenta son roman et me le dédicaça contre l’achat de celui-ci (le livre, pas l’écrivain !!). J’ai donc acheté et lu, ou plutôt dévoré, Le clan du Grey Watch qui est le premier roman de la trilogie des « aventures des MacClyde ».

C’est un roman fantastique pour adolescents et jeunes adultes, mettant en scène des adolescents, aux personnalités très attachantes et aux tempéraments différents dans lesquels chacun peut s’y retrouver. L’histoire se passe en Écosse médiévale et il est question d’aventures, de fantômes, de légendes écossaises et de whisky. J’ai beaucoup aimé le rythme effréné de l’histoire. On sent que l’auteur s’est vraiment documenté sur l’Écosse ; et d’ailleurs, lorsque je le rencontrai, il m’affirma être un passionné de ce pays, ce dont je ne remets absolument pas en question. La lecture de ce livre m’a donné envie de visiter l’Écosse et d’approfondir mes connaissances sur ce pays (son histoire, ses légendes…).

9791092773002_GRANDELe seul reproche que je pourrais faire à ce livre est que le style est très soutenu, cela donne beaucoup de charme mais je trouve que cela m’a un peu freiné dans ma lecture car je me concentrai davantage sur les mots. Toutefois, cela ne m’empêchera pas d’acheter la suite assez rapidement. Et pour ce qui est du troisième tome, on attendra car il est actuellement en cours d’écriture…

En tout cas, je suis vraiment ravie d’avoir rencontré ce jeune auteur et d’avoir découvert son roman. Je lui souhaite autant de succès que la croisée des mondes ou Narnia.

« Les jeux animolympiques Jour 1 » par Tweek et Vangi feat. Illustramarc

Amon Adjib 140529Cette semaine, grâce à Steeve, j’ai découvert la page Facebook de Tweek et Vangi feat. Illustramarc, qui m’a conduit à un site sur lequel il était possible de télécharger et lire leur nouvelle : les jeux animolympiques. Les auteurs, Tweek et Vangi (François Renoncourt et Julien Vangheluve, de leur vrai nom), racontent qu’il existe en parallèle des jeux olympiques, des jeux prévus pour les animaux. Leur style est très original, ils se prennent pour des commentateurs sportifs sauf… qu’ils s’adressent à un public de lecteurs !! J’ai été très amusée de les imaginer en train de s’écrire leurs répliques – qui plus est ne manquent pas d’humour – et de me sentir ainsi impliquée dans le texte en temps qu’ »histoirespectatrice ». Le passage qui m’a le plus fait rire est la ligne de silence instaurée en hommage d’une mouche écrasée par une médaille (illustration à l’appui).

mouche-medaille-bogota-130705D’autre part, j’aime énormément le coup de crayon d’illustramarc (aka Marco Da Silva). J’aime sa façon d’utiliser les couleurs afin de plonger le lecteur dans une ambiance particulière. On sent également que les dessins sont en diapason avec le style humoristique, voire caricatural de nos deux comparses. On entrevoit une véritable cohésion entre les auteurs et l’illustrateur, et cela leur réussit.

CastorCafé-130523-02Le seul défaut que j’aurais à leur reprocher est que par moment les répliques des auteurs sont un peu trop vulgaires ; c’est bien dommage car ces passages n’apportent rien de plus au texte (par exemple lorsque Tweek va aux « chiottes »).

Mais sinon, dans l’ensemble, j’ai vraiment apprécié cette nouvelle et j’ai hâte d’en lire  d’autres.

Vous pouvez retrouvez Tweek et Vangi feat. Illustramarc sur:

  • leur page Facebook
  • Youscribe pour télécharger « Les jeux animolympiques Jour 1 »
  • Ulule pour les aider à financer leur nouvel ouvrage « Armaggetron »

Le Chibi Akuma Club

Pour tous les fans du japon, mangas, animés, jeux en Champagne-Ardenne !

Capture1Le Chibi Akuma Club, est un club d’otaku*, passionnés de mangas, dessin, jeux-vidéos, animés…Près d’une vingtaine de jeunes de 12 à 20 ans constituent ce club sous la responsabilité de Gaëlle Seckinger employée auprès de la médiathèque Romain Rolland de Saint-Dizier. Les membres du Chibi sont essentiellement des talents du dessin manga, des novices aux plus expérimentés comme Flora et Baptiste. L’entraide des membres se ressent et permet une convivialité et beaucoup de sourires dans le club.

Lire la suite Le Chibi Akuma Club

Test du roman d’Alban Orsini, Avec maman

couv-avec-mamanChaque année, près de 180 milliards de SMS sont envoyés en France ; et ce nombre continue de s’accroître au vu des forfaits téléphoniques toujours plus avantageux.

180 milliards de SMS se croisent, plusieurs générations se contactent par ce moyen, des morceaux de vies se racontent sous forme de courts messages avec son lot de quiproquos. Au fil des années, ils sont parvenus à se glisser insidieusement dans notre quotidien, rythmant nos journées au son de leur douce mélodie. Des pans de vies attendent, tapis dans l’ombre, qu’on leur accorde un tant soit peu d’importance, dès qu’on a un peu de temps ; ce qui ne tarde pas, si l’on considère les dernières statistiques annonçant que 61% des Français consultent leur portable dans l’heure qui a suivie leur réveil.

Le roman de Alban Orsini, Avec maman, se présente sous la forme d’échanges de SMS entre une mère et son fils. Au fil des pages, on rit de cette mère qui ne comprend rien aux nouvelles technologies et on compatit avec ce fils qui s’en agace ; on rit également de ce fils qui semble dépassé par sa mère envahissante et on compatit avec cette mère qui aimerait être davantage présente dans la vie de son fils, autrement que par SMS. Ces échanges vraiment très drôles rappellent au lecteur des situations qu’il a déjà vécu au moins une fois dans sa vie. On rit de bon cœur de cette succession de gags et puis d’un coup, on passe des rires aux larmes. Et, on se rend compte qu’à travers cet échange de SMS s’ensuit une véritable histoire d’amour entre une mère et son fils.

A mettre d’urgence entre les mains de tous les parents et enfants qui ont de l’humour et qui oublient parfois de se dire tout simplement « je t’aime ».

Test de la BD « Les aventures de Frizz »

Duf, les aventures de Frizz

Sur la toile, chaque jour on est inondé de vidéos attendrissantes/agaçantes/amusantes/choquantes/craquantes/etc. d’animaux de compagnie. Leurs pitreries, leurs mésaventures ou leur courage sont mis à l’honneur, aussi bien sur internet que dans les dessins animés, les films, les BDs, etc.

Duf, que j’ai eu l’honneur de rencontrer lors du festival de la BD « Bulle en Champagne » à Vitry le François, raconte et dessine les aventures de son chien, nommé Frizz dans la BD. J’ai craqué pour un album des aventures de Frizz en regardant une vignette sur laquelle on voit le chien manger un os à moelle et s’y coincer la gueule ; je sais, ce n’est pas beau de rire du malheur des autres, mais il faut avouer que de la façon dont c’est présenté, on ne peut que rigoler de cette anecdote.

71099599Le petit chien ressemble un peu physiquement à Cubitus (en plus petit bien sûr, étant donné que le chien de référence est un bichon frisé) et le style de la BD rappelle Simon’s cat de Simon Tofield. Cependant, on sent que Duf a tout de même un style qui lui est propre. J’ai beaucoup aimé sa façon de mettre en scène un chien qui ne comprend rien au langage humain, tout comme les humains ne comprennent rien au langage canin. Ainsi le lecteur se place davantage dans la peau du chien.Il m’est aisé d’imaginer un maître ayant un regard attendrissant sur son chien. Et pour donner un caractère un peu plus authentique à la BD, l’auteur publie en fin d’ouvrage une photo de son véritable chien, sa source d’inspiration.

Cette BD est vraiment très drôle, à mettre dans toutes les mains, sauf… si vous ne souhaitez absolument pas adopter un chien !!! Je vous laisse, je vais à la SPA ^^

Magalie