Rencontre avec les miettes de l’actu

tetris_nintendoIl y a quelques jours, Jaoued et moi avons rencontré Jonathan Méli de l’association des miettes de l’actu. Après nous avoir présenté ses projets en lien avec les jeunes, il nous a livré son point de vue sur l’attitude de ceux-ci envers les écrans. Son but étant, au travers d’expositions et de projets dans les écoles, de leur apprendre à maîtriser les écrans et à vivre en harmonie sans avoir à les subir. Nous avons appris que les jeunes sont peut-être moins accrocs aux écrans que les adultes ne veulent bien le croire. Ils se sentent victimes d’un système où les technologies les attirent indéniablement mais souhaiteraient en sortir pour vivre autrement, développer de nouvelles compétences et avoir moins de problème de sociabilité. Les jeux violents, selon Jonathan, ne sont pas tant dangereux, du moment que le jeune est accompagné par le parent et peut se confier. A entendre certains parents, les jeux violents sont une sorte de rite initiatique auquel on ne peut couper si on souhaite être correctement intégré dans les groupes. A cela, Jonathan rétorque qu’au contraire il est possible d’envisager une vie sans avoir à rentrer à tout prix dans le même moule et il donne l’exemple d’une jeune fille qui mît en place des ateliers pâtisserie avec ses copines. Toujours selon Jonathan, le réel danger émane des jeux requérant des automatismes comme Tetris car, à la manière d’une drogue, nous effectuons les gestes machinalement que notre corps nous réclame ; tout comme certains ont ce besoin d’un café pris à heure précise chaque jour ou ce besoin de consulter ses mails toutes les dix minutes.

Après l’entretiencropped-16078987577_b736737be6_o.jpg, Jonathan nous a raconté son point de vue concernant le regard des jeunes sur Charlie hebdo. Il semblait effaré par ce qu’il crût comprendre : les jeunes éprouvaient une certaine jouissance que des terroristes aient pu tirer avec une kalachnikov, comme s’ils ne comprenaient pas la différence entre la réalité et la fiction. De ce comportement en découle la difficulté aux professeurs d’expliquer l’intérêt de la minute de silence. Ce qui est surprenant est que ces comportements sont observés sur n’importe quels jeunes ; ils sont conscients que c’est regrettable que des personnes soient décédées, mais ils semblaient avides de ces images de violence supplémentaires. Donc le travail de Jonathan fut de remettre dans la réalité ces gestes qui semblent normaux dans les jeux. Pour finir, Jonathan conclut que la violence fait partie de la société, qu’on entre dans la paranoïa, et qu’on se renferme sur soi, tout en rappelant l’important du phénomène de victimisation.

Notre rôle dans l’émission de culturellement Geek est de valoriser des jeux vidéos, de travailler avec plusieurs supports numériques ; cependant, par ce sujet nous souhaitons également montrer notre engagement à vouloir protéger et accompagner nos futurs geek, en espérant que notre message ait un impact positif.

Pour retrouver l’association:

Culturellement Geek est Charlie!

Charlie,
Je dois vous faire un aveu, je ne suis pas une adepte des journaux, magazines, etc. Je suis bien plus à l’aise avec un gros roman de 500 pages qu’avec trente pages de magazine. Je n’ai jamais ouvert un Charlie hebdo. Oh bien sur, j’en ai entendu parler et même vu des couvertures, comme tout le monde, mais je n’ai jamais franchi le pas d’en acheter un exemplaire. Vais-je le faire à présent? Je ne le sais encore… Est ce que cela s’apparentera à un hommage ou à du voyeurisme?

Voilà plusieurs jours qu’un grand nombre de questions et d’émotions se bousculent dans ma tête. J’ai le sentiment de vivre les cinq étapes du deuil en simultané. L’incompréhension, le rejet, la profond tristesse, l’indignation, la colère, la compassion et la peur m’assaillent. Je tremble, je prie, je me renferme; je suis invivable. Je suis Charlie, tout comme j’étais new yorkaise en 2001.
J’ai peur. On dit que l’histoire est un éternel recommencement. Et si…

Nos ancêtres se sont battus, ils ont su acquérir notre liberté actuelle, au prix de leur vie. Sachons la conserver, ainsi nous leur témoignerons notre gratitude. L’histoire ne doit pas être un éternel recommencement. Et si nous donnions un tournant à notre histoire…

Hier, trois millions sept cent mille personnes ont manifesté dans la rue, tous les soucis et tracas du quotidien ont été mis de côté pour nous unir avec de parfaits inconnus à une même cause: notre liberté.

J’étais prostrée, par la peur, mais voir ces images de déferlantes humaines, j’ai compris: l’amour, la fraternité et l’humanité ne sont pas morts. Tous ensemble, nous serons forts, pour conserver nos valeurs.

En fait, je crois que j’ai compris une chose: je ne suis pas que Charlie, je suis française, et fière de l’être.

Bonne et heureuse année 2015

L’équipe de Culturellement Geek vous souhaite une très bonne année 2015!

15519890083_12b60d2ecc_o

 

Qu’elle vous apporte Joie, Bonheur, Santé, Chance, Travail et Prospérité!!

 

Culturellement Geek change cette année, on vous donne rendez vous le 28 janvier prochain pour découvrir cette nouvelle formule! L’équipe est très pressée de vous la faire découvrir.

15953845967_004a1d4c7c_o

Note: Les photos ont été réalisées par Clement127, vous pouvez retrouvez ces réalisations sur son Flickr

Le clan du Grey Watch, Stéphane Béguinot

stephane-beguinot-photo-facebookIl y a quelques semaines, lors d’un tournoi des Highlands qui eut lieu en région parisienne, j’eus l’occasion de rencontrer un écrivain, Stéphane Béguinot qui me présenta son roman et me le dédicaça contre l’achat de celui-ci (le livre, pas l’écrivain !!). J’ai donc acheté et lu, ou plutôt dévoré, Le clan du Grey Watch qui est le premier roman de la trilogie des « aventures des MacClyde ».

C’est un roman fantastique pour adolescents et jeunes adultes, mettant en scène des adolescents, aux personnalités très attachantes et aux tempéraments différents dans lesquels chacun peut s’y retrouver. L’histoire se passe en Écosse médiévale et il est question d’aventures, de fantômes, de légendes écossaises et de whisky. J’ai beaucoup aimé le rythme effréné de l’histoire. On sent que l’auteur s’est vraiment documenté sur l’Écosse ; et d’ailleurs, lorsque je le rencontrai, il m’affirma être un passionné de ce pays, ce dont je ne remets absolument pas en question. La lecture de ce livre m’a donné envie de visiter l’Écosse et d’approfondir mes connaissances sur ce pays (son histoire, ses légendes…).

9791092773002_GRANDELe seul reproche que je pourrais faire à ce livre est que le style est très soutenu, cela donne beaucoup de charme mais je trouve que cela m’a un peu freiné dans ma lecture car je me concentrai davantage sur les mots. Toutefois, cela ne m’empêchera pas d’acheter la suite assez rapidement. Et pour ce qui est du troisième tome, on attendra car il est actuellement en cours d’écriture…

En tout cas, je suis vraiment ravie d’avoir rencontré ce jeune auteur et d’avoir découvert son roman. Je lui souhaite autant de succès que la croisée des mondes ou Narnia.

Les SMS de mon chien

Si jusqu’à présent vous avez été attentifs à la lecture de mes articles précédents, alors vous aurez compris que j’aime les animaux – et les histoires les concernant- et j’aime les SMS (longue vie aux nouveaux forfaits !!!)

Il y a quelques semaines, j’ai découvert le site internet http://lessmsdemonchien.tumblr.com/ .

tumblr_ndt7xxOy711tck19ho1_500Comme vous l’aurez compris, il est question d’un échange de SMS entre un maître et son chien. Dit comme ça, cela semble un peu bête et je ne vous cache pas que la première fois que j’en ai entendu parler j’étais sceptique, je m’attendais à quelque chose de stupide et au final, je me suis prise au jeu et vraiment amusée à lire tous ces SMS. Le style me rappelle le roman d’Alban Orsini, vous savez, le livre Avec maman dont je vous ai parlé précédemment…

Régulièrement, je me promène sur le site afin de voir si de nouveaux SMS sont apparus, surtout que (fait intéressant), il est possible d’envoyer un message au chien. Cependant, ce que je cherche encore, c’est s’il existe un fil conducteur liant tous ces SMS comme dans le roman d’Alban Orsini.

Pour l’instant je ne l’ai pas encore trouvé et c’est bien dommage… A suivre

« Les jeux animolympiques Jour 1 » par Tweek et Vangi feat. Illustramarc

Amon Adjib 140529Cette semaine, grâce à Steeve, j’ai découvert la page Facebook de Tweek et Vangi feat. Illustramarc, qui m’a conduit à un site sur lequel il était possible de télécharger et lire leur nouvelle : les jeux animolympiques. Les auteurs, Tweek et Vangi (François Renoncourt et Julien Vangheluve, de leur vrai nom), racontent qu’il existe en parallèle des jeux olympiques, des jeux prévus pour les animaux. Leur style est très original, ils se prennent pour des commentateurs sportifs sauf… qu’ils s’adressent à un public de lecteurs !! J’ai été très amusée de les imaginer en train de s’écrire leurs répliques – qui plus est ne manquent pas d’humour – et de me sentir ainsi impliquée dans le texte en temps qu’ »histoirespectatrice ». Le passage qui m’a le plus fait rire est la ligne de silence instaurée en hommage d’une mouche écrasée par une médaille (illustration à l’appui).

mouche-medaille-bogota-130705D’autre part, j’aime énormément le coup de crayon d’illustramarc (aka Marco Da Silva). J’aime sa façon d’utiliser les couleurs afin de plonger le lecteur dans une ambiance particulière. On sent également que les dessins sont en diapason avec le style humoristique, voire caricatural de nos deux comparses. On entrevoit une véritable cohésion entre les auteurs et l’illustrateur, et cela leur réussit.

CastorCafé-130523-02Le seul défaut que j’aurais à leur reprocher est que par moment les répliques des auteurs sont un peu trop vulgaires ; c’est bien dommage car ces passages n’apportent rien de plus au texte (par exemple lorsque Tweek va aux « chiottes »).

Mais sinon, dans l’ensemble, j’ai vraiment apprécié cette nouvelle et j’ai hâte d’en lire  d’autres.

Vous pouvez retrouvez Tweek et Vangi feat. Illustramarc sur:

  • leur page Facebook
  • Youscribe pour télécharger « Les jeux animolympiques Jour 1 »
  • Ulule pour les aider à financer leur nouvel ouvrage « Armaggetron »